Chacun doit trouver son destin, mais si tu es perdu, regarde le ciel et laisse les étoiles guider ton chemin...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
• Les groupes des hybrides dociles et neutres sont fermés jusqu'à nouvel ordre.
• Les hybrides mythiques ne sont plus acceptés non plus. Merci de privilégier les maîtres et maîtresses.

Partagez | 
 

 RP KANASHIMI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Messages : 19
Date d'inscription : 30/10/2014
avatar
Admin
Admin

MessageSujet: RP KANASHIMI   Lun 13 Avr - 11:32

Tu étais son pantin, une vulgaire poupée à qui il aurait pu tout faire. Ta dominance ? Envolée. Ton obsession d’être celle dirigeant toutes les opérations ? Disparue. Te laissant simplement aller dans les bras de ce jeunot. Te ficher des conséquences ? Non, tu y pensais à chaque instant, chaque seconde passant alors que tu croyais son regard. Ce regard qui te rendait folle alors que tu cherchais ses lèvres. Oui merde, tu le voulais pour toi seule, le garder chez toi, quitte à l’enfermer s’il le fallait. Tu soupiras doucement, désespérée par ton caprice enfantin, le dévorant du regard en laissant tes doigts glisser sur son cou, effleurant le suçon que tu lui avais fait quelques minutes auparavant.

Du moins, ce qui te semblait être des minutes. Tu ne voulais pas poser ton regard sur ce radioréveil qui te sortirait de cette bulle presque féerique. Au fond, tu t’en fichais, qu’il s’agisse de secondes, de minutes ou encore d’heures, cela ne changeait rien en ton désir et cette envie de continuer, d’aller plus long et de lui montrer ton affection et ton amour pour lui.

Tu laissas tes lèvres se perdre contre les siennes une nouvelle fois alors qu’il t’avait relevé sur ses genoux, gémissant légèrement en soupirant, tes mains parcourant son dos. Frémissant au moindre contact, le rouge te montant aux joues, toi qui devenait trop sensible. Tu n’en pouvais plus, te collant conte lui en attendant difficilement qu’il se décide enfin à réagir et à bouger, profitant simplement de cette tendresse dont tu avais visiblement trop manqué.

« Tu vas me rendre folle … s’il te plaît … reste ici jusqu’à demain … et même autant de temps que tu le voudras … »

Tu retins un soupir, tes lèvres descendant le long de son cou, lâchant un soupir de satisfaction en sentant le matelas contre ton dos. Serrant les dents pour cacher ton plaisir soudain. Il allait te rendre dingue, t’arrachant quelques bruits de plaisir sous ses à-coups. Depuis quand n’avais-tu pas ressenti autant de plaisir ? Depuis quand n’avais-tu pas supplier un homme de rester à tes côtés sans le jeter hors de ton lit ? Depuis l’arrivée et la mort de Klaus surement.

Si le temps pouvait s’arrêter, alors qu’il le fasse maintenant, c’est tout ce que tu pouvais souhaiter, gardant tes bras enroulés autour de ton cou pour le serrer un minimum contre toi, sans le lâcher du regard. Tu as même finit par gémir, sans simuler comme tu savais si bien le faire avec ceux que tu souhaitais charmer. Non, cette fois c’était un plaisir bien réel, celui qui fait tourner la tête, qui fait perdre tous ses moyens.

Tu grognas simplement lorsqu’il atteint l’orgasme, sentant sa semence en toi alors que tu fermais les yeux, le souffle saccadé par le plaisir, retrouvant que très légèrement les paupières pour le fixer, un sourire aux lèvres. C’est dans ce genre de moment que tu sauras si finalement, t’as pas merdé en oubliant une putain de pilule à la con.

Une fois, ça t’a très largement suffit. Tu ne voulais pas souffrir de cette manière de nouveau.

Tu lui rendis donc son étreinte, restant contre lui en cherchant une nouvelle fois ses lèvres pour un chaste baiser, reprenant doucement ton souffle en lui adressant un rire amusé.

« Je n’avais pas autant pris mon pied depuis très longtemps, pour une première fois tu peux être fier de toi, mon cœur. »

Ce moment ne pouvait être que parfait, collée à l’homme dont tu étais tombée amoureuse, mais malheureusement il ne l’était pas. Il ne pouvait l’être, l’avenir te hantant, te bouffant à chaque instant. Tu voulais continuer, le dominer et le faire craquer une nouvelle fois, le fixant simplement alors qu’il reprenait doucement son souffle.

« Kanashimi, je t’aime. Peu importe l’âge ou même l'avis des autres, je t'aime, ça j'en suis sûre. »

Tu ne voulais plus lâcher ses lèvres, tu voulais t'abandonner totalement, ne serais-ce que l'espace d'une nuit ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pocket-monsters.forumactif.fr
 

RP KANASHIMI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pocket Monsters :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-